liquide vaisselle maison
Je fabrique : DIY et tutos

Liquide vaisselle maison : 3 recettes naturelles et efficaces

Je suis de retour pour vous proposer 3 recettes de liquide vaisselle maison. La première sera celle que nous avons déjà publiée sur le blog il y a un moment. Seulement je vais la détailler en apportant les précisions nécessaires à la lumière des commentaires que vous avez laissé sous le post en question. Le deuxième liquide vaisselle sera celui que j’ai fabriqué lors de l’émission La Matinale sur France 3 Alpes. Et enfin le troisième ne sera pas vraiment une recette de liquide vaisselle  per se, mais une alternative tout aussi efficace (pour ne pas dire le plus efficace). A la fin de l’article, un concours vous attend.

Faux produits d’entretien « naturels »

Aujourd’hui c’est connu, c’est officiel : la quasi-totalité des produits d’entretien conventionnels que l’on trouve dans tous les supermarchés, en plus de leur emballage plastique polluant, contient au moins une substance toxique indésirable. Cette substance peut être au choix ou tout à la fois corrosive, irritante, allergisante ou très risquée pour l’environnement. Dès lors que les consommateurs ont commencé à en prendre conscience et à se tourner vers le naturel, l’industrie a fait le « nécessaire ». C’est-à-dire que toutes les grandes marques ont commencé à proposer des produits qui font allusion au naturel : un produit multi usage au savon noir, une lessive au savon de Marseille etc. Sauf que lorsque l’on regarde leur liste d’ingrédients le « revers de l’emballage » nous montre que le savon de Marseille est le 14e suivant le parfum dans une liste de 15 ingrédients par exemple. Et il faut savoir que dans une liste d’ingrédients, le premier est celui qui est utilisé en plus grande proportion et vice versa. C’est donc ce qu’on appelle le greenwashing, et c’est une stratégie de marketing que je trouve très cynique, dangereuse et insultante.

liquide vaisselle naturel

Soyons lucides et passons à l’action

Est-ce que tout cela veut dire que nous sommes désespérés ? Non, justement, pas du tout. Car nous ne sommes pas condamnés à être des simples consommateurs passifs : nous pouvons (devons) très bien choisir de passer l’action et produire nous-mêmes nos produits ménagers. Chez nous, avec peu d’ingrédients simples, naturels, écologiques, biodégradables et sans emballage plastique jetable.

Aujourd’hui, je reprends l’exemple du liquide vaisselle : un produit que nous utilisons tou.te.s régulièrement. Lorsque je tape « liquide vaisselle maison » sur google je tombe sur 1 million résultats environ. Et je peux vous dire que j’en ai testé des recettes ! Je peux même vous dire que le liquide vaisselle fût mon plus gros défi parmi tous les produits que je fabrique moi-même depuis des années. Pourquoi ? D’abord parce que Internet est la caserne d’Ali Baba des recettes de produits à fabriquer soi-même. On tombe parfois sur des recettes qui fonctionne/satisfait du premier coup, et parfois… et bien non ! Autant vous dire que j’ai souvent eu l’impression que les gens (re)publiaient une recette sur leur blog avant même de l’avoir testé eux-mêmes. Or, le DIY (do it yourself) à mon sens, est une histoire d’expérience, d’apprentissage par essaies et erreurs, c’est de comprendre au fur et à mesure pourquoi l’on met telle quantité de tel ingrédient dans la composition de ses produits maison. Et deuxièmement parce que j’étais (trop) habituée, depuis (trop) longtemps à ce que mon liquide vaisselle de grande surface mousse à fond, dégraisse rapidement sans forcément utiliser de l’eau chaude ou frotter. Autrement dit, je n’avais pas de T.A.C.T.

Fabriquer ses produits ménagersT.A.C.T kézako ?

Ce n’est pas moi qui ai inventé ce « concept » mais c’est Cécile Berg, docteur en chimique pharmaceutique, qui en parle dans son livre Greenwashing. Fabriquer ses produits ménagers.  Le T.A.C.T est l’abréviation pour Temps, Agitation, Chimie, Température, les 4 facteurs sur lesquels on peut jouer pour augmenter l’efficacité du nettoyage : plus longtemps on laisse agir, mieux ça lave, plus on frotte, mieux ça lave, plus les composants sont « costauds » chimiquement, mieux ça lave et plus l’eau et chaude, mieux ça lave. Vous pouvez imaginer que les produits du commerce jouent avant tout sur la chimie en utilisant des composants chimiques plus que puissants dont il suffit d’incorporer quelques gouttes dans la composition (qui coûtent donc pas cher) et misent sur le marketing. Le packaging et les pubs de ces produits garantissent qu’il suffit d’appliquer et d’essuyer pour nettoyer. Promesse alléchante qui supprime le temps, l’agitation et la température mais la question se pose lorsque l’on réalise que le seul levier sur lequel ces produits interviennent, c’est la force de la chimie et tout ce qu’elle entraîne :  un grand impact sur la santé et l’environnement. Pourtant, il nous reste 3 facteurs souvent négligés pour nettoyer : parfois il faudra avoir la patience de laisser agir, souvent il faudra frotter plus et parfois il faudra utiliser de l’eau chaude mais toujours est-il qu’il est possible de faire autrement en misant sur autre chose que les produits toxiques polluants.

Il en va de même pour le liquide vaisselle. Prenons l’exemple de Sodium Laureth Sulfate (SLS) qui est un tensioactif très puissant et irritant d’origine 100% synthétique ; si puissant qu’il est utilisé pour le nettoyage industriel des sols et des moteurs ! Celui-ci entre dans la composition de la plupart des liquides vaisselles conventionnels, pourtant scientifiquement identifié comme pouvant causer des cancers… Il est l’un des composants grâce auxquels nous pouvons, avec un liquide vaisselle classique, nous passer d’augmenter la température, d’attendre que ça agisse ou de frotter. Seulement… et bien il faudra accepter l’existence des composants toxiques, le SLS entre autres, dans son produit vaisselle.

Il n’y a donc pas de miracle mais pas de fatalité non plus. Nous avons la liberté de choisir, encore une fois ! Seulement lorsque l’on franchit le pas du naturel, au début, il peut être difficile de s’adapter au changement. Donc pour finir cette introduction bien longue et rentrer enfin dans le vif du sujet, je tiens à vous rappeler que votre liquide vaisselle maison sera efficace mais pas de la même façon qu’un produit vaisselle du commerce. Il vous faudra peut-être un peu plus de patience, un peu de temps pour dépasser la barrière psychologique et adopter les bons gestes. Voici mes astuces pour tirer le meilleur rendement possible de votre liquide vaisselle maison.

faire son liquide vaissellePremière astuce : Temps 

Ce facteur consiste, en ce qui concerne le nettoyage de la vaisselle sale, à l’adoption du geste de rinçage. Admettons que vous avez fait des bonnes pâtes bolo pour le dîner, vous avez mangé et que la digestion (ou la flemme) a pris le dessus sur la bonne volonté de laver la casserole. Et bien mettez quand même un peu d’eau (si possible chaude) dans votre casserole et vos assiettes pour que pendant la nuit les restes de la sauce se détachent de votre vaisselle. Le lendemain, promis, votre super liquide vaisselle maison fera parfaitement son job. Oui, c’est si bête que ça, c’est seulement une question de prendre l’habitude.

Deuxième astuce : Température

Il n’y a pas de secret : l’eau chaude dissout la matière grasse. Elle renforcera donc l’efficacité de votre liquide vaisselle. Je vous entends dire : « et comment justifie-t-on la consommation de gaz/électricité ? » Et bien pas d’inquiétude, vous prenez une grande casserole ou une grande bassine, vous la remplissez d’eau bien chaude (ou faites directement chauffer de l’eau dans votre casserole) avec un peu de liquide vaisselle et vous trempez votre brosse ou éponge pour d’abord « savonner » votre vaisselle, puis vous rincez ! (Merci maman pour cette astuce)

liquide vaisselle recette (2)Troisième astuce : Agitation

Oui, lorsque vous utilisez un liquide vaisselle naturel, il faudra frotter un peu plus qu’avec des tensioactifs toxiques mais cela ne veut pas dire que vous n’aurez plus de bras au bout de 2 fourchettes lavées ; il suffit de choisir les bons outils. Depuis que j’ai commencé à utiliser cette brosse à vaisselle en bois de hêtre je regrette les années passées à utiliser (et jeter) des éponges synthétiques fragiles, non durables et polluantes. Elle frotte sans effort et sans aucunement rayer votre vaisselle. Contrairement aux brosses à poils synthétiques, ses poils en fibre d’agave ne retiennent pas la matière grasse, elle se nettoie donc très facilement. Et une fois qu’elle est fatiguée (sachant quand même qu’elle m’a duré 6 bons mois), vous retirez la tête, mettez au composteur et remplacez par une tête de rechange. Pratique, efficace, durable et écologique : j’ai envie de dire que demande le peuple ?

Troisième astuce bis :

Deuxième solution pour facilement frotter votre vaisselle : un grattoir en sisal. Celui-ci est à fabriquer soi-même. Rien de bien compliqué : vous savez tricoter ? Et bien vous prenez du sisal et vous tricotez ! Le sisal est une fibre naturelle qui se trouve facilement dans presque tous les magasins (supermarché, grande surface, magasins de bricolage ou de jardinerie…). Il est naturellement rigide et résistant donc idéal pour frotter et décrasser votre vaisselle sans la rayer. En fin de vie, il est biodégradable (donc direction composteur aussi).

grattoir en sisalPetite astuce de plus :

Un jour à la drogerie, j’ai vu une porte savon en luffa. Et je me suis dit que c’était une excellente idée pour récupérer l’eau savonneuse et la réutiliser. Et bien là dinggg !  J’ai tout de suite pensé au rouleau de sisal qui traînait depuis mille ans dans un tiroir. Tout ça pour vous dire que votre grattoir en sisal, vous pouvez très bien vous en servir pour poser votre savon dessus et l’utiliser ensuite pour faire la vaisselle. Pas belle la vie ?

Et ceux/celles qui ne veulent pas tricoter, nous avons ce qu’il vous faut également : un grattoir à récurer en cuivre qui combat les résidus/tâches les plus tenaces sans rayer la vaisselle.

Voilà, vous savez tout sur mes astuces pour augmenter l’efficacité de mes produits vaisselle maison.  Passons maintenant au b. a.-ba de la composition d’un liquide vaisselle maison à travers nos recettes. Prêts ?

Recette 1 : liquide vaisselle dégraissant pour l’eau dure

 Un produit vaisselle doit être dégraissant et détachant. L’action combinée des bases et du savon remplit très bien cette mission. C’est pour cette raison que dans ce liquide vaisselle nous allons utiliser du savon de Marseille, du savon noir qui sont les détergents de notre composition. Les cristaux de soude constituent le composant basique qui dégrade les graisses et renforce le pouvoir dégraissant et détachant des détergents, fait baisser la concentration des ions calcium et magnésium en solution. Cela veut dire que l’eau est moins dure (calcaire) et le savon est ainsi plus efficace. Enfin, l’action combinée du bicarbonate de soude et du vinaigre produira un sel qui permet d’éviter que les résidus mis en suspension lors du nettoyage ne se redéposent. J’ai deux choses sur lesquelles j’aimerais attirer votre attention.

1 – Choix du savon de Marseille

Marius Fabre savon de Marseille véritablePour vos recettes de liquide vaisselle, il est important de choisir le « véritable » savon de Marseille. Car aujourd’hui le savon de Marseille ne bénéficie d’aucune appellation protégée, d’où l’invasion du marche par des faux savons de Marseille contenant de la graisse animale, de l’huile de palme, de la glycérine ajoutée, des parfums/colorants de synthèse ou encore ceux qui ne contiennent même pas d’huile d’olive (le composant principal de la recette traditionnelle) ! . Pour cette recette je vous conseille vivement d’utiliser du savon de Marseille en bloc et non en copeaux puisqu’il est encore plus difficile de trouver des copeaux de savon de Marseille ne contenant pas d’huile de palme ou de glycérine ajoutée, or ceux-ci auront un impact négatif sur l’efficacité et la texture de votre liquide vaisselle, il suffit de râper votre pain de savon. Après en avoir testé plusieurs, nous avons décidé de vous proposer sur l’e-shop, le savon de Marseille de la marque Marius Fabre qui fait partie des rares fabricants perpétuant la fabrication traditionnelle de ce savon multi-usage. Nous vous les proposons en différents formats (100g, 200g, , à vous de choisir. 

2- Tout ce qu’il faut savoir sur le mélange du bicarbonate de soude et du vinaigre 

mélange bicarbonate de soude vinaigreJe cite Cécile Berg qui constate que l’on voit fleurir des tas de recettes de produits ménagers contenant à la fois du vinaigre et du bicarbonate de soude. Le vinaigre est un nettoyant acide, le bicarbonate, un nettoyant basique, quel est l’intérêt de mélanger les deux ? Lorsque l’on mélange le bicarbonate de soude et le vinaigre, une réaction chimique se produit instantanément et forme du dioxyde de carbone gazeux, et la formation du dioxyde de carbone gazeux crée une effervescence qui brise et décolle la crasse, le tartre ou les graisses. L’intérêt principal de mélanger ces deux nettoyants réside donc dans l’effet immédiat produit par la réaction chimique entre eux. A la fin de la réaction qui ne dure que quelques secondes, on obtient une solution inerte qui a perdu ses propriétés lavantes. Berg explique qu’un mélange bicarbonate de soude/vinaigre doit être utilisé immédiatement pour bénéficier de l’effet de l’effervescence. Si, dans une recette ce qui est recherché est les propriétés nettoyantes du vinaigre (typiquement un nettoyant multi-usages à base de vinaigre), l’intérêt d’y ajouter du bicarbonate de soude est… nul. Car ce dernier enlève au vinaigre, ses propriétés lavantes : il suffit très peu de bicarbonate de soude pour neutraliser le vinaigre. Ainsi, tout ce que l’on trouve dans la plupart des cas du mélange bicarbonate de soude/vinaigre (même une cuillère à soupe de bicarbonate de soude pour 1L de vinaigre), est un excès de bicarbonate de soude par rapport à l’acide acétique. Alors vous avez raison de vous demander : pourquoi dans cette recette nous combinons les mêmes quantités de bicarbonate de soude et de vinaigre ? La réponse se cache dans le fait que les recettes à base de bicarbonate de soude peuvent bénéficier d’un peu de vinaigre si l’eau est très dure. En effet, comme je disais plus haut, le sel produit par cette combination permet de neutraliser le calcaire et renforce le pouvoir dégraissant des savons.

Ces informations sont importantes à retenir, car lorsque l’on s’initie à la fabrication des produits cosmétiques ou ménagers, on a souvent tendance à négliger l’importance de la chimie en pensant que combiner différents composants veut dire bénéficier de toutes les propriétés de ces composants. Ceci étant dit, n’ayez pas peur, c’est de la chimie plutôt basique et encore une fois, les essaies et les erreurs sont tout aussi importants. Mais si on peut éviter une ou deux erreurs c’est toujours ça de pris, non ? 🙂

Sur ce, voici les ingrédients de notre première recette de liquide vaisselle maison :

Ingrédients :

Ustensiles :

  • Une bouteille de liquide vaisselle vide (ou un distributeur de savon, comme pour se laver les mains)
  • Un entonnoir (vous pouvez également couper une petite bouteille d’eau au niveau de la moitié)
  • Un grand verre doseur ou une bassine
  • Une cuillère à soupe

Etape n°1 : Versez le savon de Marseille et l’eau dans votre bassine. Attendez un peu que les cristaux fondent, ça sera plus facile pour la suite.

Etape n°2 : Ajouter le savon noir (faites attention à la composition de votre savon noir : pas de glycérine ajoutée -ce qui laisserait un film gras sur la vaisselle et sur vos mains, pas de colorant ni de parfum !) , le Bicarbonate, le vinaigre d’alcool et les cristaux de soude. Attention, les cristaux de soude peuvent être irritants donc il conviendra de les manipuler avec précaution : je vous conseille de porter des gants et vous couvrir le nez et la bouche avec une écharpe).

Etape n°3 : Laissez le mélange reposer à l’air libre pendant plusieurs heures. Vous verrez qu’il passe d’un état liquide à une espèce de pâte. Si la texture est trop pâteuse à votre goût, pas d’inquiétude, rajoutez un peu plus d’eau et secouez.

Etape n°4 : Mélangez énergiquement et ajouter les huiles essentielles. Au besoin, passez la mixture au mixeur. Personnellement j’opte souvent pour l’huile essentielle de citron pour son odeur et ses propriétés antiseptique, antiviral, bactéricide et anti-infectiuse. Mais attention ! Ne mettez pas d’huile essentielle si vous avez des enfants de moins de 6 ans, si vous êtes enceinte, si vous allaitez ou vous avez des allergies. L’huile essentielle ne jouera pas un rôle crucial dans l’efficacité de votre liquide vaisselle !

Etape n°5 : Versez le mélange dans votre bouteille vide à l’aide de l’entonnoir. Et voilà !

Recette 2 : liquide vaisselle dégraissant universel

Notre première recette a été appréciée par nombre d’entre vous. Pour ceux/celles qui ne sont pas 100% satisfait.es ou qui ne disent pas non à une autre alternative, voilà une deuxième recette de liquide vaisselle maison qui fonctionne très bien !

Les ingrédients que nous utilisons dans cette recette sont le savon de Marseille et le savon noir (les détergents), le bicarbonate de soude (composant basique dégradant les graisses) et dernièrement le Sodium Coco Sulfate (SCS). Le SCS est le seul ingrédient un peu inhabituel : c’est un tensioactif dérivé de l’huile de coco présenté sous forme solide. Il a un excellent pouvoir détergent, moussant et dégraissant. Grâce à son rajout, notre produit moussera et lavera encore mieux. C’est une alternative naturelle au fameux sodium laureth sulfate (SLS) utilisé pour nettoyer les engins (et accessoirement les dents, puisqu’il entre dans la composition de la plupart des dentifrices classiques également…). Une alternative beaucoup plus douce, d’origine végétale et qui remplit parfaitement son rôle détergent et nettoyant. Est-il indispensable ? Non. Comme j’expliquerai un peu plus bas, vous pouvez très bien faire votre vaisselle avec juste du savon. En revanche lorsque vous optez pour un liquide vaisselle naturel, dans votre composition il y a forcément de l’eau. Dans ce cas, le pouvoir détergent et l’efficacité de vos composants est « dilué ». Vos savons mousseront et dégraisseront donc moins. Le SCS vient combler les propriétés moussante, décrassante de votre liquide vaisselle.

recette liquide vaisselle

Ingrédients :

Ustensiles :

  • Une bouteille de liquide vaisselle vide (ou un distributeur de savon, comme pour se laver les mains)
  • Un entonnoir (vous pouvez également couper une petite bouteille d’eau au niveau de la moitié)
  • Un grand verre doseur ou une bassine
  • Une cuillère à soupe

Etape n°1 : Versez le savon de Marseille et l’eau dans votre bassine. Attendez un peu que les cristaux fondent, ça sera plus facile pour la suite.

Etape n°2 : Ajouter le savon noir, mélangez.

Etape n°3 : Ajoutez le le bicarbonate de soude, mélangez jusqu’à ce qu’il n’y a plus de grumeaux.

Etape n°4 : Ajoutez dernièrement le Sodium Coco Sulfate. Une fois de plus attention, le SCS peut être irritant pour les voies respiratoires donc il conviendra de le manipuler avec précaution : je vous conseille de porter des gants et vous couvrir le nez et la bouche avec une écharpe.

Vous constaterez que votre mélange qui est vert (à cause du savon de Marseille) et liquide au début, deviendra de plus en plus crémeux/pâteux et blanc opaque. C’est normal. Mais si vous le trouvez  vraiment trop pâteux, n’hésitez pas à secouer votre bouteille et à rajouter une peu d’eau.

Option alternative : rien de mieux que le savon de Marseille véritable pour faire votre vaisselle

Box vaisselle écologiqueOui, j’ai peut-être pris 3 heures pour vous donner des recettes de liquide vaisselle maison, expliquer leur composition… Mesdames, Messieurs ce que je trouve le plus efficace en matière de la vaisselle à la main… c’est le duo savon de Marseille & brosse à vaisselle. Je n’aurais jamais cru pouvoir faire la vaisselle avec rien d’autre que le savon de Marseille pourtant c’est bien le cas aujourd’hui. Et ce, grâce au T.A.C.T.  Car j’avais déjà testé le savon de Marseille pour faire la vaisselle, mais avec une éponge. Et j’avais trouvé le verdict naze, si j’ose dire. Ca faisait une espèce de couche glissante sur l’éponge, ne moussait pas vraiment, n’enlevait pas assez bien les graisses et j’avais du mal à tenir les assiettes qui glissaient sous mes mains. J’ai laissé tomber assez rapidement. Et bien ça c’était avant que je ne découvre la brosse à vaisselle : le frottage devient easy peasy, les mains ne touchent pas le savon -ne glissent donc pas, les fibres naturelles rattrapent très bien le savon et moussent à merveille… Bref, c’est une révélation ! Même les poêles qui servent à faire griller du confit de canard (du gras puissance 8000), pas de soucis. J’utilise de l’eau chaude pour mouiller ma brosse, je la frotte d’abord sur mon bloc de savon de Marseille, puis je frotte la vaisselle, je rince à l’eau chaude. C’est tout. C’est vraiment tout. Chez moi l’eau est très calcaire, je ne vous cacherai pas que j’ai souvent des petites tâches sur ma vaisselle (pas de saleté mais des petites traces de goutte d’eau) mais si cela dérange, un petit coup de chiffon en microfibres  enlève  ces traces de façon très rapide et efficace.

Voilà, je pense que j’ai tout dit (enfin!).  Vous savez toutes mes astuces et recettes naturelles en ce qui concerne la vaisselle à la main. Vous avez du choix, à vous de tester, opter pour la solution qui vous convient le mieux. Je sais que changer ses habitudes de consommation ne se fait pas du jour au lendemain, il faut un peu de temps, d’effort et de patience mais je trouve ça assez ludique de tester des nouvelles recettes, apprendre des choses sur les produits que j’utilise quotidiennement. C’est une démarche très instructive. Non, je ne serai jamais une chimiste, mes connaissances seront toujours limitées, mais de toutes façons l’important c’est la curiosité et la bonne volonté, même lorsqu’il s’agit… de la vaisselle grasse 🙂

Nous lançons un petit concours sur notre page Facebook pour vous accompagner dans votre démarche en faisant gagner à l’un.e d’entre vous, le livre Greenwashing : fabriquer ses produits ménagers de Cécile Berg. Notre petit coup de cœur, un livre impeccable plus que complet en ce qui concerne l’art de fabriquer ses produits ménagers, autant pour la richesse des explications que les recettes.

Pour participer, cliquer ICI

Bonne chance et surtout, bonne vaisselle !

 

Crédit photos:

www.mescoursesenvrac.com

Pixabay

Unsplash

16
Poster un Commentaire

8 Comment threads
8 Thread replies
5 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
10 Comment authors

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Subscribe  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Marie-Claire CONSTANT

Bonjour, j’ai suivi pas a pas la recette du liquide vaisselle mais j’ai un souci au niveau de la vaisselle grasse je ne suis pas satisfaite et ma mixture n’était pas du tout pâteuse mais plutôt liquide ? Quelle solution ? Merci

madeline

Bonjour, avant tout merci pour tout ça, je vais tester des recettes^^. Je sais que vous dites de raper le savon soi-même, mais j’en avais acheté avant de lire toutes les recettes ; connaissez-vous les savons de Rampal Latour? (j’ai regardé le site marius fabre et rampal latour, mais seulement après avoir acheté car c’etait bien avant de tomber sur votre site) pour les copeaux, pas d’ingrédient mentionné mais ils disent « 0% praben, produits…blablabla ». Ils utilisent apparemment de l’huile de palme pour leur savon, je suis dubitativE. savez-vous quelquechose? Merci par avance,
Madeline

Hélène

Je viens de tester le produit vaisselle avec le tensioactif non pas de coco mais de glucoside encore appelé mousse de sucre. C’est la recette qui s’approche le plus de ce que le grand public recherche, un produit qui mousse. Par contre il faut absolument secouer le produit avant de s’en servir, toujours, sinon ça mousse pas et on a l’impression qu’y a rien sur l’éponge.

Eloïse

Bonjour. Je viens de réaliser votre recette numéro 1. Au bout d’une Nuit le contenu de ma bassine s’est transformé en un gros bloque de gélatine mou. J’ai rajouté de l’eau. Mais les blocs ont du mal à se dissoudre dans l’eau et ça me mousse.
Merci à vous.

Stephanie

Salut! Je viens de faire la recette no 1 et même après quelques heures, mon liquide ne s’est pas transformé en pâte.. c’est très liquide ! Savez-vous quoi faire ou pourquoi c’est ainsi ?

FLAMENT

Bonjour,
Je cherche désespérément une recette liquide vaisselle, mais pour le moment aucun ne me convient.
Je possède de la mousse de sucre liquide, est ce que celle-ci peut remplacer le sodium coco sulfate ?
Avez vous une recette de savon liquide ?
Encore merci pour toutes vos bonnes idées.

Stephanie

Bonjour,
Peut-on remplacer le sodium coco sulfate par de la mousse de sucre, à l’état liquide (déjà en ma possession) si oui, quelle quantité dois-je mettre ?
Je trouve ma recette actuelle pas assez moussante !!!

Noémie

Bonjour, je vous partage mon expérience :
j’avais également testé la vaisselle au savon de Marseille, mais en effet, les plats gras le restait.
Et après une visite sur cet article, j’ai simplement acheté la brosse à vaisselle : depuis je n’ai plus de souci ! En effet, à l’eau très chaude, il me suffit de laver 2 fois les plats gras, et il ne reste plus rien.
Merci pour vos astuces !

Super, on est contente que ça fonctionne chez vous aussi 🙂