Voyage zéro-déchet - Mes courses en vrac
En famille

3 obstacles pour un voyage zéro-déchet

Partir en voyage tout en conservant ses principes et ses objectifs, c’est possible. Mais tout le but de partir en voyage c’est aussi de s’immerger dans la culture locale, goûter les plats typiques et surtout, faire un peu de place à la spontanéité. C’est pourquoi nous avons décidé de faire le point sur les obstacles principaux à un voyage réellement zéro-déchet.

Obstacle n°1 à un voyage zéro-déchet : l’alimentation

Selon où l’on va, les habitudes alimentaires ne seront pas les mêmes. Aux États-Unis par exemple, bien qu’ils soient le berceau du mouvement zéro-déchet, le fast-food et le jetable sont partout. Si l’on veut goûter leurs plats et tester certains de leurs encas, il va bien falloir faire une entorse au régime du fait-maison et du local.

Bien sûr, il existe un certain nombre de bonnes pratiques à adopter :

  • Prendre sa boîte à déjeuner et ses couverts pour pouvoir se préparer des plats le matin et les emporter ;
  • Prendre des sacs à vrac et des sacs fraîcheur en silicone pour stocker les aliments comme le fromage ;
  • Essayer de préparer ses repas – même sous forme de sandwiches – plutôt que de craquer pour le fast-food ou street food ;
  • Toujours penser à avoir sa gourde réutilisable sur soi ;

3 sacs à salade en tissu – Taille XL

3,70 TTC
Ajouter au panier

5 sacs à vrac pour épicerie sèche – Taille S

3,20 TTC
Ajouter au panier

Boite repas hermétique et légère 100% inox

39,90 TTC

Mais au final, si l’on veut pouvoir profiter de l’instant et vivre l’expérience à 100%, il est parfois mieux de mettre ses bonnes pratiques de côté quelques instants pour « faire comme les locaux ». Lorsque l’on part en voyage, c’est aussi pour découvrir l’autre, être ouvert et disposé à s’ouvrir l’esprit.

Donc côté alimentation, tout dépend bien sûr de la destination et du type de voyage (nature, ville). L’idéal est de conserver ses réflexes dans un coin de la tête pour penser à refuser les sacs inutiles par exemple. Mais il est aussi important de profiter du moment et de la culture locale.

Obstacle n°2 : l’hygiène

L’hygiène, c’est probablement là où il est le plus facile, le plus pratique et le plus économique de passer au zéro-déchet. Une trousse de toilette minimaliste permet de voyager léger, de toujours avoir les bons produits sur soi et de prendre soin de son corps. En voyage, on dort dans des hôtels, des auberges de jeunesse où éventuellement en tente. Dans tous les cas, on ne reste jamais très longtemps au même endroit. Il vaut mieux éviter d’avoir des dizaines de produits à sortir tous les soirs.

Voici notre trousse de toilette minimaliste et zéro-déchet :

  • Un shampoing solide : il ne coule pas et dure longtemps.
  • Un pain de savon: le pain de savon se transporte en pochette ou en boîte.
  • Un déodorant solide : on le mouille, on l’applique et on est tranquille
  • Une brosse à dent en Bambou
  • Un dentifrice solide : pas de dentifrice qui coule partout, mais une petite boîte en inox qu’on ouvre et qu’on ferme facilement. Ça dure longtemps, c’est propre et c’est efficace.
  • Des lingettes microfibres : mesdames, les lingettes en microfibres vous permettent de vous démaquiller avec… de l’eau. C’est réutilisable, lavable, écolo et très efficace !
  • Un pot d’huile de coco : je m’en sers pour tout : hydratation de la peau, des cheveux mais aussi démaquillage. Alors oui c’est du verre, c’est un peu fragile mais pour le coup, un pot m’a fait tout le voyage.
  • Enfin, une cup pour les semaines de règles. La seule contrainte de la cup est de disposer d’une casserole ou d’un micro-onde pour la stériliser avant chaque semaine.

Avec ce kit, on peut complètement éviter la production de déchets durant son séjour. Attention toutefois à bien prendre une petite boîte en inox pour vos cosmétiques solides. En effet, comme ils ont besoin de sécher, il vaut mieux pouvoir les mettre dans leur boîte pour les remettre tout de suite dans la trousse de toilette.

Pochette à savon en coton & gaze de coton

7,90 TTC
Lire la suite

Obstacle n°3 : le tourisme

Lorsqu’on voyage, à priori, c’est pour découvrir une nouvelle culture, un nouveau pays etc. Mais du coup, cela implique d’aller chercher des infos : office du tourisme, musées, animations… Tout cela est source de prospectus en tout genre. Une fois à la maison, on jette tout parce que bon, la carte de parcours français du musée de Buenos Aires, c’est cool mais en vrai on sait qu’on ne la lira plus jamais.

C’est là que l’on se rend compte que le smartphone, c’est tout même très pratique. Dans de nombreux pays, on trouve un accès wi-fi un peu partout. C’est peut-être parce que la 4G est beaucoup plus chère que chez nous, du coup si un commerce propose le wi-fi, c’est un vrai service pour le client. Mais bref, il y a le wi-fi partout.

Donc on arrête de récupérer tous les prospectus, et on télécharge quelques applis bien pratiques qui nous accompagneront tout le trajet :

  • Les essentielles : voyage SNCF (avec la carte voyageur gratuite ou les e-billets , on se passe des billets de train papier), RATP, TCL etc.
  • Citymapper : trouvez votre itinéraire, qu’il soit à pied, en bus où en métro. L’application est dispo hors ligne et couvre les principales villes d’Europe.
  • Uber ou Lyft : si vous êtes en Amérique (Nord ou Sud), Uber et Lyft seront vos nouveaux meilleurs amis. Au delà de toutes les critiques que l’on peut faire sur ce modèle d’entreprise, grâce à Uber vous pourrez aller partout pour assez peu cher et en toute sécurité.
  • AirBnB et Booking : pour se loger, que l’on choisisse le confort d’un airBnB ou l’ambiance d’une auberge de jeunesse, on trouvera tout ce dont on a besoin sur ces deux applis.
  • WifiMap : une carte avec tous les points de wi-fi ouverts (et leurs mots de passe) !
  • On pense à whatsapp ou skype pour s’appeler gratuitement aussi.
  • Pour les visites, on reste des inconditionnels du guide du routard, que l’on achète d’occasion et que l’on donne/prête ensuite
  • Pour une visite un peu originale, vous pouvez toujours rejoindre le jeu Ingress, qui compte plusieurs millions d’utilisateurs. Les joueurs sont répartis dans 2 équipes avec un seul objectif : augmenter le pouvoir d’influence de son équipe. Pour cela, il faut capturer des portails et les relier les uns aux autres. Le rapport avec le tourisme ? les portails sont situés sur des lieux d’intérêt : le Louvre, le Taj Mahal…. et on est obligé de se trouver physiquement devant le portail pour le capturer…bref, une façon ludique de découvrir un pays.

Grâce au numérique, il est maintenant complètement possible de voyager et de faire du tourisme sans (trop de) déchets. Cela étant dit, voyager c’est aussi s’ouvrir un peu l’esprit. Il est très important de voyager de façon éco-responsable aujourd’hui c’est certain. Cependant, il faut aussi pouvoir s’adapter à la culture du pays visité, s’autoriser des rencontres, laisser la place à l’imprévu…. au risque de produire quelques déchets au passage.

Articles qui peuvent vous intéresser :

ommentaires sur “3 obstacles pour un voyage zéro-déchet

  1. Bonjour,
    Je vous remercie pour tous ces bonnes astuces. Nous adoptons déjà un comportement écologique lors de nos déplacements, voyages et randonnées. Je pense appliquer votre conseils, au sujet de la conservation des aliments.
    Alicia

  2. Aude dit :

    Bonjour Carole ! Ravie d’avoir ton retour d’expérience sur voyager et limiter ses déchets. Il est clair comme tu dis, qu’en fonction des cultures, c’est bien le dernier de leur soucis, et qu’il faut rester ouvert d’esprit pour accueillir la culture visitée telle qu’elle est, et ne pas juger. Cela dit pour beaucoup de personnes, c’est simplement un manque de sensibilisation. Et en montrant que ça ammène des économies et que c’est facile, les gens peuvent adopter de meilleures habitudes. Alors c’est facile de dire ça hein ^^ Mais la dessus je trouve que la magesse en la matière est de bon conseil. Béa Johnson dans son livre en parle. De comment aborder le sujet avec bienveillance autour de soi, même en voyage. Ou alors simplement contourner le debat. Par exemple demander son poisson dans un bocal et d’expliquer « Oui, je ne trouverai pas de poubelles sur la route de mon voyage et je ne veux pas jeter votre papier dans la nature ». Il y a pleins d’autres astuces ! Et j’espère pouvoir les appliquer lors de mon prochain road-trip en Nouvelle-Zélande qui commence dans une semaine ^^
    Sur ce, merci encore pour ton article Carole et pour ta boutique de vrac, et très bonne continuation !!! Pleins de bises !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Entrez Captcha ici : *

Reload Image

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.