Ouvrir une épicerie vrac en etapes
Entreprise zéro-déchet

Ouvrir une épicerie vrac : les 5 étapes de notre installation

Formation à l’ouverture d’une épicerie vrac

Une formation pour être accompagné à travers toutes les étapes de la création d’une boutique vrac sera bientôt disponible. Pour être tenu informé du contenu et des tarifs, rendez-vous sur www.nona-nona.com

Article mis à jour le 10/11/20

En Juillet 2017, Mes courses en vrac ouvrait une épicerie vrac et zéro-déchet dans la vallée du Grésivaudan, en Isère. Première épicerie 100% vrac et 100% bio de la vallée (peut-être même du département), je suis heureuse – et épuisée – par ses derniers mois avant l’ouverture. Campagne de financement participative, choix du local, création de la devanture, choix des fournisseurs et de l’agencement, après-midi à chiner… L’ouverture du épicerie vrac est un projet dense et riche. Aujourd’hui, j’ai décidé de partager avec vous les différentes étapes de la création de l’épicerie en 5 étapes.

Étape n°1 : Où installer mon épicerie vrac

Une fois prise la décision d’ouvrir une épicerie vrac – une vraie boutique – s’est vite posée la question du lieu. Vaut-il mieux ouvrir en centre ville ? Ou en milieu rural ? Que préférions-nous à titre personnel ?La meilleure façon de répondre à cette question, c’est d’abord de se poser la question du « pourquoi ». Quel offre, quels services je souhaite proposer, qu’est-ce qui compte pour moi ?

Depuis le début, Mes courses en vrac est une façon de faciliter la transition vers le zéro-déchet et de rendre ce mode de vie accessible à tous. Trop souvent, ce mode de vie est réservé à une minorité de privilégiés en centre-ville. Nous avons donc pris la décision d’ouvrir dans un milieu plus rural, pour répondre à la notre promesse d’origine. Notre choix s’est orienté vers une ville de 15 000 habitants – donc pas non plus la campagne – dynamique et déjà riche en offre d’alimentaire.

Ok, maintenant que la zone géographique est délimitée, par où commencer ?

C’est le moment de se rapprocher des agences immobilières, des particuliers, sans oublier les pouvoirs publics. Les communautés de communes et d’agglomération sont en charge de l’immobilier professionnel sur leurs territoires. Vous pouvez donc les contacter pour vous informer des disponibilités et éventuellement bénéficier d’un petit coup de pouce. Certains territoires sont très incitatifs pour préserver le commerce de proximité. Par exemple, la ville de Grenoble propose une aide financière pour les travaux des petits commerces.

Comment avons-nous choisi notre local

Pour nous le critère déterminant fut de se sentir bien dans le quartier choisi. Nous ne sommes pas du côté des grandes surfaces mais du côté de l’ancien centre-ville, proches des commerces de proximité. C’est un pari parce que nous perdons la visibilité des grands axes mais de l’autre côté, nous aimons venir à l’épicerie tous les jours. Nous sommes également proche du marché dominical.

devanture - mes courses en vrac

Nous avons choisi un local d’une bonne taille pour nous permettre de proposer des produits d’entretien, des cosmétiques, des fruits et légumes en plus de l’épicerie vrac.

Pour nous, il était essentiel que le local puisse disposer d’une pièce fermée pour pouvoir y organiser nos ateliers de cosmétiques. Notre réserve fait donc 60 m2, donc 20 m2 réservé aux ateliers.

Mes conseils pour le choix de votre local :

  • Le local doit avant tout être bien placé, c’est à dire proche d’autres commerces. Je pense même qu’il vaut mieux être proche d’autres épiceries plutôt que de se dire « tiens c’est chouette, il n’y a pas de concurrence ici ».
  • Le local doit être bien desservi et accessible : parking, bus, tram…
  • Le local doit être visible : pensez à votre devanture et à la façon dont les gens vont entendre parler de vous. A mon avis, il vaut mieux éviter le « presque bien placer » ou on est proche d’un axe passant mais pas dessus.
  • Le local doit faire au moins 100 m2. notre local fait 109 m2 avec 50 m2 de surface de vente et je pense que c’est le minimum pour avoir un choix assez large de produits.

Après plusieurs semaines de recherche, ce sont finalement des participants à un atelier « création de cosmétiques maison » que nous animions qui nous ont parlé d’un local disponible. Dans la même période un ami de la famille nous a envoyé les photos du local. Nous l’avons visité et ce fut le coup de cœur immédiat. Conclusion : parlez de votre recherche à un maximum de monde, le bouche à oreille peut faire des merveilles.

Étape n°2 : Comment financer la création de son épicerie vrac ?

Même si la création d’une épicerie vrac peut vous sembler complètement révolutionnaire (et ça l’est à bien des égards), ça reste avant tout un commerce. Et comme pour tout commerce, il faut investir pour démarrer. Parmi les choses que vous allez devoir payer on trouve :

  • Les travaux ;
  • Le mobilier et la déco – sachant que pour une épicerie vrac, il est nécessaire d’avoir des équipements particuliers comme les silos ;
  • Le premier stock ;
  • Quelques formalités administratives ;
  • Éventuellement, un pas de porte ;

Comment financer tout cela ? Vous n’avez pas d’argent de côté ? Pas de panique ! Il existe de nombreuses structures prêtes à vous aider. Il n’y a pas d’entourloupe, certains entrepreneurs aiment aider les autres, juste pour la beauté du geste.

Obtenir un prêt d’honneur

Il faut donc vous rapprocher des associations d’entrepreneurs qui font des prêts d’honneurs. En Isère, l’association s’appelle Initiative Grésivaudan Isère (IGI). Elle fait des prêts d’honneur à taux à pour permettre aux créateurs de se lancer justement. Du point de vue de la banque, ce prêt sera perçu comme un apport personnel.

Durant cette étape, plus rébarbative, nous avons eu la chance de rencontrer l’organisme Initiative Grésivaudan Isère (IGI). Constitué de chef(fe) d’entreprises, le comité en charge de l’obtention du prêt vous pose de nombreuses questions pour évaluer votre projet. C’est une étape importante et que j’ai trouvé très enthousiasmante. Nous avons rarement l’occasion de se confronter aux avis de personnes plus expérimentées prêtes à vous conseiller.

Cet organisme nous a fait bénéficier d’un prêt d’honneur, qui est plus qu’utile pour convaincre les banques de vous prêter de l’argent. En plus du prêt d’honneur, IGI permet également d’être accompagné par un mentor et de bénéficier de l’entre-aide de tout le réseau.

Ajoutez à cela une campagne de financement participative et vous avez votre apport finalisé. Cet apport va servir à financer les stocks principalement.

Obtenir un prêt bancaire

Pour le reste, le mieux est encore de faire un prêt bancaire. Le prêt financera tout ce qui relève de l’investissement, comme les travaux et l’équipement.

Pour obtenir un prêt d’honneur, j’ai utilisé un outils gratuit nommé « Wikicréa » qui permet, en remplissant quelques cases, d’avoir un plan prévisionnel adapté aux attentes des comptables et des banquiers. Même si l’outil est simple et pratique, je vous conseille de vraiment prendre le temps de construire un prévisionnel au plus réaliste possible. Cela vous aidera dans la gestion quotidienne.

Recapitulatif :

  • Faites appel à un outils type « wikicréa » pour votre plan financier ;
  • Sollicitez des aides et prêts d’honneurs de façon à vous entourer un maximum. C’est aussi une façon de challenger son projet et de le rendre plus solide ;
  • Soyez réaliste mais audacieux : je vous conseil de prévoir large pour le prêt de façon à pouvoir retomber sur vos pâtes. Il n’est pas possible de tout prévoir donc il vaut mieux avoir un filet de sécurité. Par exemple, nous sommes passées par la CIC (la NEF na pas pu nous prendre en charge) qui finance du BFR, ce qui n’est pas le cas de toutes les banques.

Surtout, courage, car cette période est – à mon sens – assez stressante. Maintenant place à la vraie vie d’épicier.

Étape n°3 : Le choix des fournisseurs & producteurs

Nous souhaitons à travers notre épicerie proposer un mode de vie alternatif : relocaliser l’agriculture, favoriser les circuits-courts, placer l’humain au cœur de la relation et soutenir une agriculture raisonnée et donc biologique (mais la vraie bio).

Bref, nous avons passé beaucoup de temps à identifier les producteurs et les fournisseurs qui nous semblent correspondre à nos valeurs.

Trouver vos producteurs et fournisseurs

Pour trouver les producteurs et fournisseurs, voici comment je m’y suis prise :

  • Recherche internet : il existe de nombreux site internet regroupant des producteurs locaux. Il suffit de chercher les bons mots clés – puis de prendre son téléphone
  • Faire le tour des marchés de la région : j’ai écumé tous les marché de producteur du coin, quitte à faire le pied de grue en attendant que les producteurs soient disponibles.
  • Poser la question autour de vous : les gens sont parfois des vrais mines d’informations ! Nous avons sollicités nos clients et ils ont été nombreux à nous donner les coordonnés des producteurs qu’ils connaissent.
Bonbon vegan et bio happy hours

Les bonbons bio et vegan de Happy hours en Provence

Nous avons trouvé de nombreux producteurs mais je voulais partager avec vous les différents « challenges » que nous avons rencontrés.

  • Il arrive que les petits producteurs n’aient pas la production suffisante pour nous livrer. C’est le cas des pâtes de blé dur par exemple. Nous sommes contraintes de nous fournir en Italie (bon, ce n’est pas très loin mais tout de même) alors que nous avons un producteur à proximité.
  • Plusieurs producteurs ne souhaitent pas vendre par un intermédiaire. Dans ce cas, nous essayons d’insister un maximum (#lourdeur extrême) et surtout de mettre en place des conditions de ventes qui soient gagnant-gagnant car notre but n’est surtout pas de faire baisser la marge du producteur.

La recherche de fournisseur est probablement le moment le plus enthousiasmant de tout le processus. C’est le moment où l’on peut réellement faire changer les choses, où l’on peut favoriser l’économie locale, les petits artisans et proposer une réelle alternative à la consommation industrielle. je vous conseille donc d’y apporter beaucoup de soin, d’attention et donc de temps.

Dans les fournisseurs, il faut également intégrer les fournisseurs du mobilier. Nous avons fait le choix de la société Applymage, basée en Rhône-alpes et qui propose des silos Made in France ! Laurent et Bénédicte se sont pliés en quatre pour nous permettre d’ouvrir dans les temps et grâce eux nous avons des beaux silos très pratiques !

Étape n°4 : Les travaux, l’aménagement et l’ouverture d’une épicerie vrac

Pour nous, il était important que le local soit à l’image de tout le soin que nous prenons dans le choix de nos produits : sain, propre et authentique.

Nous avons choisi des matériaux naturels que nous avons customisés nous-mêmes : tout est en pin naturel. Nous avons ensuite teinté les meubles en fonction de nos goûts et de l’ambiance que nous souhaitons donner au magasin.

Lors des travaux, il faut bien sûr penser à la praticité du chemin au sein du magasin mais également aux normes de sécurité et d’hygiène qui s’imposent. Par exemple, nous avons utilisé de la peinture apte au contact alimentaire pour les lieux en contact avec la nourriture.

Durant cette étape, nous avons la chance d’être accompagnées par nos proches pour réaliser tous les travaux. Nous avons passé plus de 2 semaines à tout refaire à l’intérieur. Entre nous, heureusement que nos proches étaient là pour nous guider parce que les choses sont parfois plus compliquées que prévu.

Le moment de l’aménagement intérieur est un des plus fun de tout le processus : étiquettes, disposition, mise en rayon… Le magasin prend forme et c’est notre rêve qui devient réalité en même temps !

Petit conseil de dernière minute : prévoyez un peu de temps avant l’ouverture pour régler tous les derniers « détails ». Il faut installer la caisse, vérifier que le TPE fonctionne, avoir de la monnaie, indiquer tous les prix etc. Ne faites pas comme moi, prévoyez du temps.

Étape n°5 : Faire connaître son épicerie vrac

C’est l’étape actuelle pour nous : tout est ouvert, tout est prêt, il nous faut maintenant nous faire connaître.

La boutique mes courses en vrac ouvre ses portes

Conseils pour faire connaître son épicerie vrac :

  • Édition de flyers : Nous souhaitons éviter au maximum l’édition de flyers et autres prospectus qui créent des déchets. Pour autant, le flyer reste un bon moyen de se faire connaître. Pour limiter leur impact, nous essayons de faire des flyers les plus « intemporels » possible et d’inviter les gens à le prendre en photo plutôt qu’à le prendre et finir par le jeter.
  • Se référencer sur internet : mettre à jour ses coordonnées et horaires d’ouverture du google est une étape importante. C’est tout bête mais vraiment pratique.
  • Le bouche-à-oreille : notre expérience nous montre que c’est le bouche à oreille qui fonctionne le mieux. Avec de bons produits en stock et un accueil chaleureux, les clients sont heureux et parlent de nous à leurs proches.

A tous les lecteurs qui sont arrivés jusqu’ici, je vous propose une 6ème étape secrète.

Étape n°6 (secrète) : apprécier chaque instant

Ouvrir une épicerie vrac n’était pas vraiment ce à quoi nous nous destinions. Notre épicerie vrac est un vrai choix. Elle incarnation de notre volonté de trouver notre place dans cette société et de contribuer aux changements de consommation.

C’est donc un saut dans le vide, une véritable aventure, un challenge professionnel et un pari personnel. Nous avons entrepris Mes courses en vrac avec passion et une énergie folle. Dans les moments difficiles (car il y en a), la clé a été pour nous de nous rappeler pourquoi nous avions fait ce choix et de profiter de chaque instant, même les plus durs. Comme on l’entend souvent :

« le plus important n’est pas la destination mais le chemin parcouru pour y arriver ».

Voilà pour les coulisses de notre installation. Je souhaite beaucoup de bonheur à tous ceux qui se lancent dans l’aventure !

On profite de cet article pour remercier chaleureusement tous ceux qui nous ont aidées, de près comme de loin ! Grâce à vous ces mois de travail ont été un vrai plaisir. Nous sommes heureuses d’avoir pu partager cette aventure avec vous, c’est de loin notre plus belle récompense !

Ps : un petit souvenir de notre soirée « montage du meuble de caisse » avec notre menuisier de l’année 😉

0ommentaires sur “Ouvrir une épicerie vrac : les 5 étapes de notre installation

  1. CHRISTELLE dit :

    Bonsoir Carole, Merci pour ce partage et cet article très clair.
    .Je viens de quitter la ville et même ma région d’origine pour l’installer dans un petit village de La Drome.
    Je me pose la question d’ouvrir également une épicerie. J’en suis au balbutiement…

  2. Presti dit :

    Bonjour, j’adores le concept ! Cela fais des années que je rêverais ouvrir un magasin dans mon village. J’ai une question quel est l’apport maximum qu’il faut privilégier pour une création de À a Z?

    En vous remerciant et plein de belle choses à vous 🙏💚

    1. Carole dit :

      Bonjour, super idée 🙂 Si vous voulez plus d’infos je vous invite à rejoindre ma mailing liste dédiée par ici : https://mescoursesenvrac.com/comment-ouvrir-une-epicerie-vrac-formation/
      A bientôt
      Carole

  3. Fred dit :

    Bonjour,
    Wow super projet, merci de nous le présenter et partager tout cela. Je suis vraiment admirative.
    Petite question tout de même : combien de temps est nécessaire pour monter le projet à compter de l’étude de marché?
    Certaines personnes parlent de 6 mois ou 1 an. J’imagine que cela dépend des compétences et formations de chacun avant également.

    Merci beaucoup!

    1. Carole dit :

      Bonjour Fred, question difficile car effectivement, ça dépend vraiment des projets et des connaissances de chacun. Pour ma part, la création a pris 6 mois, mais franchement je ne le conseille pas, c’est trop rapide. je préconise 4 à 5 mois pendant lesquels on peut être en poste ailleurs. c’est le temps de définir son projet, son financement, trouver les fournisseurs, la gamme, le lieu etc. Ensuite il faut compter 6 mois à partir du moment ou on a trouvé le local.

  4. bourdais dit :

    MERCI! ET BRAVO POUR VOTRE REUSSITE!

    Quelles sont les obligations en terme d hygiène? La formation HACCP est elle bien obligatoire?

    Merci

    1. Carole dit :

      Bonjour,
      En termes d’hygiène vous avez une obligation de résultats et non de moyens. En d’autres termes, vous devez vous assurer que votre épicerie de présente pas de risque de contamination et mettre en place les actions nécessaire pour cela. La formation HACCP n’est pas obligatoire, cependant si vous avez l’occasion de la faire c’est un +.

      1. jennifer dit :

        Merci <3

  5. Bichon Marie-Anne dit :

    Bonjour, je lis et relis ce que vous avez fait, BRAVO!!, j’adhère complètement a ce système de vente . je voudrais moi aussi ouvrir un magasin de courses en vrac bio mais en Espagne. les gens se sentent de plus en plus concernés. il y a des petites productions bio en fruits , légumes, viandes ,fromages ,miels etc… Je suis située à Santiago de la Ribera (commune de Murcia). ils y a beaucoup de petits magasins (prix assez bas avec des travaux) qui ont fermés ,surtout avec le covid. Est ce le bon moment pour s’installer ? Je prend de gros risques ,mais je suis convaincue que cela puisse fonctionner quand même ! je préfère commencer par un petit magasin , et voire plus tard pour prendre de l’extension . Pour le moment c’est un projet ,je me renseigne ………. Je n’ai pas un très gros apport, il faut donc tout analyser .Serait il possible d’avoir une adresse mail? cordialement.

    1. Carole dit :

      Quelle superbe initiative ! Il y a de nouveau un groupe facebook très actif autour des épiceries vrac, c’est une véritable mine d’or (et un gros boost d’énergie !), vous pourriez peut-être le rejoindre. Il faut chercher « épicerie vrac » sur facebook et on le trouve assez facilement 🙂

  6. BEAUSSIER dit :

    Bonjour,
    Un grand, énorme merci pour vos conseils.
    A mon tour maintenant pour le projet d’une épicerie vrac itinérante du côté du Morbihan.
    J’ai rendez-vous demain avec la CCI.
    Je me permettrai peut-être de revenir vers vous pour plus de conseils, d’informations si vous voulez bien.
    Bien à vous.
    Maï

    1. Carole dit :

      Bonjour,
      Avez plaisir ! Je vous invite à rejoindre le groupe facebook qui regroupe les porteurs de projet d’épicerie vrac et le réseau vrac également 😉

  7. Victoria dit :

    Bonjour !
    Je suis simplement consommatrice de vrac, mais une des questions que je me pose et dont je n’ai pas trouvé de réponse satisfaisante sur internet est : comment êtes vous approvisionnés ? Je pense que cela varie d’un magasin à l’autre, surtout d’une chaîne VS un indépendant, mais comment vous sont livrés par exemple de la farine ? des pâtes ? des biscuits ? des amandes ?
    Bonne journée,
    Victoria

    1. Carole dit :

      Bonjour Victoria, cela dépend des magasins mais globalement, on est livrés dans des gros sacs de 10 à 25 kilos. Pour les produits plus chers et plus fragiles, on peut être livrés en sacs de 2 à 5 kilos (comme les chocolats par exemple). Ce qui change le plus par rapport à la grande distribution c’est que les épiceries indépendants passent en direct avec les producteurs du coin (même si tout le monde ne le fait pas). Dans les grandes enseignes, on passe par un grossiste qui propose PLEIN de produits venus de partout.

  8. Pierre dit :

    Bonjour à tous, Nous sommes Ô Chwette, fabricant de sirops à Roquemaure 😉 Nous commercialisons de bons sirops à destination des épiceries Vrac. Nous utilisons du sucre 100% origine France et des arômes naturels. Pour éviter le sur-emballage nous utilisons que des gros contenants en BIB Bag in box de 10 et 20L ; et on peut recycler l’intégralité de nos packages. Pour vos projets de création d’épiceries vrac nous pouvons vous vous conseiller sur le rayonnage boisson 😉 N’hésitez pas si vous avez des questions vous pouvez demander Pierre 😉

    1. Carole dit :

      Bonjour Pierre et merci pour l’info. J’ai constitué un catalogue des producteurs dans le vrac, écrivez moi sur contact(a)mescoursesenvrac.com pour que je puisse vous y ajouter 😉

  9. Sandrine dit :

    Bonjour,

    je suis également porteur de projet d’ouverture d’une boutique en vrac. Avec mon conjoint, nous nous posons la question des horaires et du rythme que sera le nôtre après l’ouverture de la boutique (nous avons 3 petites filles) ? Comment sont rythmées vos journées ? Votre boutique vous demande t-elle beaucoup de temps en dehors des horaires d’ouverture (gestion du stock…) ?

    1. Carole dit :

      Bonjour Sandrine,
      Malheureusement, nous ne pouvons pas répondre à chaque personne car nous recevons de très nombreuses demandes chaque jour. Je vous invite à vous rapprocher du réseau vrac. Ils sont notamment un forum avec de nombreux épiciers / porteurs de projets qui pourront répondre à vos questions. Il existe aussi un groupe Facebook il me semble pour cela également 🙂
      Je vous souhaite une belle aventure,
      belle journée
      Carole

  10. Peyron Chloé dit :

    Bonjour super projet bravo ! Nous sommes actuellement dans les premières démarches nous aussi dans le puy de dôme pouvons nous correspondre brièvement par mail (vous devez être très demandées….) pour quelques infos de l’ordre du financement ? Cordialement

    1. Carole dit :

      Bonjour Chloé, je vous invite à venir nous rejoindre sur le groupe facebook « épiceries vrac indépendantes », nous y échangeons beaucoup, sur le financement notamment 🙂

      1. DUJARDIN dit :

        Bonjour ! Votre groupe est-il toujours actif ? Introuvable sur Facebook !
        Merci à vous 🙂

        1. Carole dit :

          Bonjour, je m’en suis retirée il y a quelques temps car je n’en avais plus besoin et effectivement je ne le retrouve pas… étrange, ils ont du passer en privé ou le supprimer, désolée de ne pas pouvoir plus vous aider :/

          1. Christelle dit :

            En effet c est ultra privé et difficile d y entrer, cela fait 3jours que j essaie 😔

            1. Carole dit :

              Effectivement, leur politique à changer depuis le début… Désolée de ne pouvoir vous aider plus j’ai moi-même quitter le groupe :/

  11. véronique thomas dit :

    Merci pour ce récit d’aventure et cet enthousiasme !!!
    Je suis également en cours de création d’une épicerie bio , vrac zéro déchet sur la Côte d’Opale et j’avoue que c ‘est un gros challenge !!
    Je suis dans le prévisionnel et j’avoue que c’est un peu compliqué de chiffrer tout cela.
    Néanmoins je ne baisse pas les bras , j’ai foi en ce projet et espère pouvoir le mener à bien .
    Si vous avez un peu de temps , seriez -vous d’accord pour échanger quelques idées et infos ?
    Bonne continuation dans votre projet !!!!

    A bientôt.
    Véro.

    1. Carole dit :

      Bonsoir Véro, merci pour votre commentaire 🙂
      Je vous invite à rejoindre les groupes facebook « monter sa boite en lien avec le zéro-déchet » et « épiceries vrac indépendantes » ainsi que le réseau vrac. Si toutefois vous ne trouvez pas les réponses à vos questions sur ces différents réseaux, n’hésitez pas à nous passer un coup de fil à la boutique, nous trouverons toujours un moment pour vous répondre. Belle aventure à vous,
      A bientôt
      Carole

    2. Charlotte dit :

      Bonjour je me permets de vous contacter car j’habite la côte d’opale et cette idée me plaît beaucoup mais je n’y connais pas grand chose en commerce. Pourrions-nous échanger sur ce sujet ? Où se situera votre épicerie ? Merci

      1. Carole dit :

        Bonjour Charlotte,
        Nous avons ouvert une épicerie à crolles (38). Si vous avez des questions, je vous suggère de rejoindre notre groupe Facebook « épiceries vrac indépendantes », vous y trouverez de nombreuses informations.

    3. Morgane dit :

      Bonjour Véronique. Pouvons nous communiquer par mail svp?
      J’aurais plusieurs questions à vous poser!
      🙂

  12. Julie dit :

    Quel beau projet, je suis en train d’y penser mais suis encore au point zéro. Je voulais vous demander, pour quel statut avez vous opté? Quel a été votre mise de départ. Article et projet super intéressant !! Bravo!

    1. Carole dit :

      Bonjour Julie,
      Je vous invite à vous rapprocher du réseau vrac : http://www.reseauvrac.fr. Ils regroupent les épiceries vrac et c’est une super ressource quand on veut se lancer 😉
      A bientôt
      carole

  13. Asensio Lucile dit :

    Bonjour !

    Je suis en train de monter un projet d’épicerie Vrac, et je me tâte à intégrer le Réseau Vrac. Faites-vous partie de ce réseau ? Est me recommandez-vous de m’y inscrire ?

    Je vous remercie ! Bonne journée à vous,
    Lucile

  14. n@t dit :

    Je vous dis bravo et un grand merci pour votre témoignage. Je me lance aussi dans l’aventure… ça fait plusieurs semaines que je suis dans les chiffres et c’est assez ardu !!
    J’ai contacté plusieurs dizaines de fournisseurs et tous ont été très gentils et n’ont pas rechigné à me fournir leurs prix revendeur. Applymage a été de très bon conseil et c’est encourageant de rencontrer des société comme ça qui se mettent en quatre.
    Si je comprends bien, votre surface de vente fait 50 m2. Pour cette surface, quel a été votre investissement de départ pour le stock ?
    Merci par avance pour votre réponse.

    1. Asensio dit :

      Bonjour !

      Je suis à Marseille et je travaille aussi sur le prévisionnel financier pour ouvrir mon épicerie, si vous voulez nous pouvons nous échanger nos mail et correspondre pour s’entraider !
      J’ai beaucoup de mal à chiffrer ce projet.

      Bonne journée !
      Lucile
      lucile.asensio@gmail.com

  15. Marine Bornard dit :

    Bonjour !!
    En recherchant sur le net « comment ouvrir une épicerie de vrac » je tombe en premier sur votre article ! C’est un signe ! J’habite aux Deux Alpes et des amis sont à Crolles, Je suis à plusieurs reprises passée devant sans encore m’arrêter ! Votre projet donne vraiment envie , c’est une belle histoire !
    Bonne continuation, à très vite !

  16. Montés dit :

    Bonjour
    Belle iitiative, mon mari est actuellement en train de monter un projet similaire à Aubagne dans les Bouches du Rhône, il galère un peu pour trouver les contenants car il veut éviter les distributeurs que l’on trouve maintenant dans les grandes surfaces. Peut-être auriez-vous des pistes de fournisseurs pour l’agencement ?

    1. Carole Lymer dit :

      Bonjour, Je pensais l’avoie évoqué dans l’article, nous avons utilisé les contenants d’Applymage, ils sont en rhône-alpes : http://applymage-eco.com/. Ils sont supers 🙂
      Belle aventure à vous !

  17. patricia gonzalez dit :

    bonjour est il possible d’échanger par mail avec vous, svp merci pour votre réponse et quelle belle initiative
    j’avoue avoir en tête un projet comme le vôtre ! pour peut être de l’itinérant
    à voir
    bonne journée
    Patricia

  18. Axelle dit :

    Bravo ! Beau projet.

  19. Delphine S dit :

    C’est quoi l’adresse ?

    1. Esra dit :

      Bonjour Delphine,

      Nous sommes en face de la Mairie de Crolles, au 45 rue du 8 mai 1945 38920 Crolles.

      A bientôt 🙂

      Esra

      1. Jouffret dit :

        Bonjour, je suis dans le nord Vaucluse, je vous dis bravo. Initiée au vrac par ma fille, je suis de plus en plus convaincue. Merci d’avoir mis en ligne la création de votre épicerie.

      2. chaumette dit :

        Bonjour !
        Merci pour cette article , je suis ravis d’être tombe sur vos aventures .
        J’ouvre un magasin dans les landes .
        J’en suis au plan prévisionnelle . Si possible Pouvons nous échanger par mail .
        christine.camlindia@gmail.com
        Cordialement et amicalement christine

        1. Carole dit :

          Bonjour Christine,
          Ravie que l’article vous plaise 🙂 Nous ne pouvons malheureusement pas répondre à tout le monde car les demandes sont (très) nombreuses. Je vous conseille de vous rapprocher du réseau vrac, véritable mine d’information 😉
          Belle journée
          Carole

  20. Hayat MANA dit :

    Un seul mot Bravo !!!! Ça donne vraiment envie de faire pareil !

    1. Carole Lymer dit :

      Merciii ! Lancez-vous, ça rend heureux 😉

      1. Ancelin dit :

        Bonjour,
        Je suis moi-même en réflexion pour me lancer dans l’aventure de l’épicerie vrac.
        Pouvez-vous me dire combien de temps a pris chaque étape décrite dans votre article ? Notamment la recherche de fournisseurs.
        J’imagine qu’une fois le local trouvé il faut faire vite pour ouvrir, mais dans votre article j’ai l’impression que vous avez géré beaucoup de choses après.
        Merci,

        1. Carole dit :

          Bonjour Aude, merci pour votre message. Effectivement, nous avons fait beaucoup de choses après l’ouverture et je ne vous conseille pas cette méthode. C’est assez difficile de vous parler de timing car ça dépend vraiment de chacun. Nous avons pris la décision d’ouvrir la boutique en février et elle était ouverte en Juillet.
          J’espère que ça aide tout de meme ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.