Que faire de ses vieux livres
Maison

Que faire de mes vieux livres ?

Au fil des années, on accumule de nombreux objets dont parfois des livres. On les adopte par plaisir quand on veux lire un bon roman, mais aussi parfois par nécessité, pendant ses études notamment.  Et un beau jour, on regarde sa bibliothèque et on se dit que ces livres ne nous apportent plus de bonheur, qu’ils prennent de la place, qu’on ne les relira plus. C’est donc l’occasion de faire un  grand tri dans ses possessions et de ne conserver que les ouvrages qui nous apportent de la joie, qu’on a envie de prêter, de relire aussi, pourquoi pas.

On se retrouve alors avec un grand sac de livres d’occasion dont on ne sait que faire. Au moment de les jeter, une petite voix en nous dit « mais non, je ne vais pas les jeter ». Eh oui, nous aussi on pense que ça ne se jette pas un livre. Mais alors, que faire de ses vieux livres ?

Nos astuces pour vendre ses livres

Il y a de nombreuses façons de donner une seconde vie à ses livres. On peut décider de les vendre, si on estime qu’ils ont de la valeur (ou qu’on s’est ruiné pour les acheter). Si on ne souhaite rien en retirer hormis la joie de retrouver de l’espace chez soi, on peut choisir de les donner et là aussi, il y de nombreuses façons de le faire.

Vendre ses livres d’occasion : à qui s’adresser ?

Vous avez dépensé beaucoup d’argent pour  vous les procurer et vous comptez bien récupérer un peu de votre investissement ? Quand on voit le prix de certains manuels recommandés durant les études supérieures, on peut le comprendre. Pour vendre vos livres, vous pouvez :

  • Vous adresser à une librairie

Certaines librairies achètent des livres d’occasion et les revendent ensuite.  Elles achètent les livres moins cher qu’elle ne vont les vendre évidemment. On peut citer par exemple les librairies Gibert Joseph – à découvrir ici – qui sont spécialistes de l’occasion. D’ailleurs, elles rachètent aussi des disques. Alors attention toutefois, n’y  allez pas avec votre gros sac de livres en pensant qu’ils vont tout prendre d’un coup. Ces libraires sont exigeants, car ils doivent ensuite vendre les livres qu’ils auront achetés. Vous vendrez facilement des livres scolaires édités récemment (c’est le bon plan pour revendre des livres achetés en début d’année scolaire par exemple), des romans récents ou des ouvrages « médicaux » ou de société.

L’astuce de la rédac’ : ils proposent également de vendre via leur site internet. On fait la liste des livres et s’ils veulent les racheter on choisit un point de dépôt et on dépose ses livres dans un carton.

  • Vendre via des applications d’achat-revente de produits culturels

Le marché des livres d’occasion est de plus en plus important. On trouve donc de plus en plus de sites et d’applications qui permettent de revendre ses livres. On peut citer par exemple bebert-web ou encore momox. Via ces applications, vous pouvez envoyer une liste de vos livres (ou une photo du code-barre) et savoir combien valent vos ouvrages. Ensuite, vous les envoyez gratuitement ou un bouquiniste vient les récupérer chez vous et vous recevez votre argent. Ça prend un peu de temps pour identifier vos livres un à un mais selon votre bibliothèque ça peut valoir le coup.

Si vous ne souhaitez pas vendre vos vieux livres mais plutôt les donner, il existe aussi plusieurs solutions.

Où donner mes vieux livres ?

Pour donner vos livres, vous avez plusieurs solutions, selon le niveau d’investissement que vous souhaitez y mettre.

  • Donner ses livres via une application d’échanges de biens culturels

Vous pouvez tout d’abord mettre vos livres sur des applications de dons entre particuliers. Parmi les plus célèbres, on notera Geev.com et Donnons.org. Grâce à la géolocalisation, vous pouvez donner vos livres à des personnes habitant près de chez vous. Cette solution est super si vous avez peu de livres à donner ou si vous donnez par collection (plusieurs livres « chair de poules » par exemple).

Cette solution est super pour faire plaisir autour de soi et pour assurer une seconde vie heureuse à ses bouquins. D’ailleurs, ces applications fonctionnent aussi pour tout genre de biens culturels, comme les cd par exemple. Pensez-y 🙂

Boite à livresPhoto de Laëtitia Buscaylet

  • Les boîtes à livres : la solution conviviale

Depuis quelques années est apparu un phénomène original et sympa : les boîtes à livres. Elles existent un  peu partout et dans ‘presque’ toutes les villes il me semble. Ce sont des boîtes en libre service qui accueillent les livres dont on veut se séparer. On peut déposer un livre et en prendre un nouveau par exemple.

Attention, ces boîtes ne sont pas des poubelles, il faut prendre soin d’y déposer des livres qui pourront être lus. C’est une superbe façon de créer du lien social et de rendre la culture accessible à tous. Pour les trouver, on  vous conseille de vous rendre  sur votre moteur de recherche favoris et de cliquer « boîte à livre + NOM DE LA VILLE ».

  • Donner à des associations ou des entreprises engagées

Si vous avez plus de livres, que vous n’êtes pas sûr de leur valeur et que vous ne voulez pas trop vous prendre la tête, alors vous pouvez les donner à des œuvres caritatives. Vos livres (et vos biens culturels) seront alors utilisés par d’autres qui en ont besoin, dans des régions du monde moins privilégiées. C’est ce que fait « Recyclivres » qui, contrairement à ce qu’indique son nom, ne recycle pas les livres mais les propose à des prix très avantageux. Vous pouvez déposer vos livres dans un point de collecte. Pour cela, allez sur la page « donner ses livres » et indiquez votre code postal. Le point de collecte le plus proche apparaît.

Notons aussi l’association Bibliothèques sans frontières qui distribue nos livres à ceux qui en ont le plus besoin. Il est possible de déposer vos livres une fois par an dans les magasins FNAC en France. En 2020, leur Grande collecte de livres a lieu du 18 septembre au 8 octobre !

Voilà un petit tour d’horizon des solutions qui s’offrent à vous pour vendre ou donner vos livres. Je n’en ai pas parlé mais vous pouvez aussi vous adresser à votre bibliothèque de quartier. C’est parfois une solution plus contraignante car il faut dresser une liste précise de vos ouvrages mais vous êtes sûr de faire des heureux.

Alors, pour qu’elle solution allez-vous opter ?

Photo de couverture par Toa Heftiba

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.