courses zero dechet - mode demploi en 5 etapes
Zéro-déchet : mode d'emploi

Mes courses zéro-déchet : mode d’emploi en 5 étapes

La majorité de nos déchets quotidiens proviennent de la cuisine. On y trouve des déchets alimentaires (épluchures, etc.) mais aussi et surtout des déchets d’emballage. Boites de conserve, emballages plastique de légumineuses et de pâtes… La liste est longue. C’est pourquoi les courses alimentaires sont un bon point de départ pour commencer une démarche zéro-déchet. Ce n’est pas forcément la partie la plus simple mais la moindre petite action a de bonnes répercussions sur la production de déchets et ça, c’est encourageant. Voici donc comment faire ses courses zéro-déchet en 5 étapes.

Étape n°1 : avoir toujours un sac sur soi

“Vous voulez un sac ?”, “Non merci, j’ai mon propre sac” : ce genre d’échanges avec nos commerçants se multiplient ! Et pour cause, l’utilisation des sacs plastique est désormais interdite en France. Au début, on a tendance à oublier systématiquement nos sacs réutilisables à la maison – vous savez, dans la pile, voire l’armoire à sacs-cabas – et on se retrouve donc à acheter de nouveaux sacs réutilisables à chaque course.

Le sac à vrac : l’allié des courses en vrac

Box Mes courses en vracPour choisir votre sac à vrac, vous avez de nombreuses options. Vous pouvez réutiliser des sacs en papier que vous avez récupérés ailleurs (boulangerie, épicerie). Il est aussi possible de s’équiper. C’est le but de notre box « Mes courses en vrac » d’ailleurs.

L’idéal ici, c’est d’avoir un totebag, un cabas ou un sac à dos et de toujours ajouter quelques petits sacs dedans.

Pour avoir le bon réflexe, pensez à toujours remettre les sacs à leur place une fois que vous les avez utilisés.

Choisir son sac à vrac

Il y a plusieurs critères à prendre en compte pour choisir son sac à vrac. Surtout que maintenant, il existe vraiment des sacs pour tout : sacs à salade, sacs à petits légumes, sacs à pain, filets etc. Plutôt que de se perdre dans des détails, voici mes critères pour un bon sac à vrac.

Des sacs fins pour le quotidien

Ces petits sacs en coton biologique sont pratiques car ils se glissent partout. On peut les prendre en plusieurs tailles pour s’assurer d’avoir toujours la bonne. Dedans, on met de tout : biscuits apéritifs, pâtes, riz, graines et même de la farine.

Un sac cabas ou Tote Bag pour le transport :

sac en coton bio don't worry be greenIl existe maintenant des sacs cabas super grands qui, une fois pliés, ne prennent plus du tout de place. Si on veut éviter les sacs en plastique de grandes marques, on peut choisir l’option en coton bio de Kufu. Ils sont à la fois beaux, pratiques et super solides !

Vous pouvez aussi opter pour notre totebag en coton biologique. Très solide, il dure longtemps et résistera au poids des bocaux.

 

 

 

Et pour la salade ?

Alors pour la salade et les fruits et légumes un peu volumineux, il existe plusieurs options. Soit on opte pour un sac à salade, c’est à dire un sac un petit peu “ciré” qui ne craint pas l’humidité. Soit, on opte pour le gros sac en coton.

Avec cette panoplie, on évite déjà pas mal d’emballages et surtout, on commence à s’organiser tout doucement… C’est le début du changement 😉

Étape n°2 : s’équiper en bocaux

Une fois que vous avez fait vos courses dans des sacs en tissus, vous allez devoir transvaser les produits dans des bocaux. La conservation des aliments est bien plus optimale dans du verre. Le sac en tissu va finir par laisser sécher vos produits.

Vous avez plusieurs options ici. Vous pouvez :

  • Récupérer des bocaux : confiture, cornichons… Nous avons beaucoup d’occasions de récupérer des bocaux en verre. Par contre, cette option va nécessiter de bien les récurer et d’enlever les étiquettes – vous pouvez consulter nos astuces ici. Aussi, vous constaterez rapidement que les bocaux en verre sont assez petits et que pour des pâtes, de la farine ou autre produit que l’on prend en quantité, ça ne suffit pas.
  • S’équiper en bocaux : choisissez-les hermétiques et en verre. Pourquoi en verre ? Parce que le verre est recyclable et sain au contact des aliments.

Étape n°3 : éviter les grandes surfaces

Pour les fruits, les légumes et les produits frais – viande, poisson, fromage – je privilégie le local et le circuit-court. Cela vous permettra de suivre le rythme des saisons (le zéro-déchet n’est pas toujours visible), de vous connecter à l’économie locale et éventuellement de réduire vos emballages.

Comme beaucoup, vous ne pouvez pas passer trop de temps à faire vos courses. Voici donc plusieurs solutions pour consommer localement sans perdre de temps :

Mes courses en vrac - l'épicerie consignée

  • L’épicerie vrac

De plus en plus d’épiceries vrac et zéro-déchet se développent sur le territoire. Dans ces épiceries, vous trouverez généralement de tout : alimentaire ou non, fruits et légumes, produits frais, etc.

  • L’AMAP ou le panier bio ?

Pour ne pas passer trop de temps à faire ses courses, on peut s’inscrire auprès d’un agriculteur (ou plusieurs) et recevoir un panier de fruits et légumes toutes les semaines. Il existe plein de formules : 1 demi panier par semaine, 1 panier toutes les 2 semaines, choix des légumes où non, partage d’un panier avec un voisin, etc. De cette façon on a la garantie d’avoir toujours des produits frais, de saison, locaux et en plus, on participe à la réussite d’un agriculteur, tout bénéf !

Pour se renseigner, voici quelques liens :
Trouver son AMAP : site internet
Trouver son panier bio : Site internet

  • La commande / livraison en ligne

Connaissez-vous “la ruche qui dit oui ?”. La ruche (pour les intimes) rassemble les produits des producteurs proches de chez vous sur son site internet. Vous pouvez les sélectionner puis venir les chercher lors de la permanence – souvent 1 fois par semaine. Attention toutefois, les produits ne sont pas systématiquement bio.
Si vous voulez uniquement du bio, vous serez heureux d’apprendre que la livraison de produits de nos commerçants de proximité se multiplie. En voici un petit aperçu :

Greenweez – le bio en ligne : ils livrent des produits bio, des produits frais et ont globalement une gamme de produits énorme. Le petit moins ? Ils viennent de se faire racheter par Carrefour, et on aime moins.
La ruche qui dit oui : produits locaux, de saisons et en circuits-courts ! On adore.
Oclico à grenoble : le drive de produits frais et bio : on commande en ligne et on est livré à la maison ou en point relai ! A lyon, il y a Deligreens qui fait la même chose.

  • La livraison des produits des commerces locaux

J’adore l’idée : on fait marcher nos commerçants tout en évitant de passer des heures en ville. A grenoble, il y a EazyShop, à Lyon il y a Epicery (bientôt) et bien d’autres à venir ! L’avantage ? On y trouve de tout : fromage, poisson, viande, vin, etc.

Voici quelques solutions pratiques pour se faciliter la vie tout en consommant de bons produits locaux. Bien sûr, rien ne sera aussi bien que de se rendre sur le marché.

ASTUCE : si vous allez chez votre fromager ou votre boucher, demandez-lui de vous servir dans votre contenant (que vous aurez, bien sûr, pris avec vous). Au début, il y a toujours une réaction de surprise mais généralement, les commerçants sont sensibles à la démarche et plutôt enthousiastes. Comme l’explique la Famille (presque) zéro-déchet, choisissez des boites en verre, car le verre est recyclable à l’infini, alors que le plastique finira toujours par être un déchet.

Étape n°4 : j’achète en vrac

Sac à vrac en lin - Mes courses en vracC’est à cette étape que l’on commence à réellement faire bouger nos habitudes. Acheter en vrac, ok mais ou et comment ? Le vrac c’est une forme de vente sans emballage. Les aliments sont dans des grands conteneurs et on se sert soi-même la quantité souhaitée. Acheter en vrac va vous permettre de réduire considérablement vos emballages d’un seul coup d’un seul ! Par contre, le parcours est semé d’embûches. D’abord parce que les épiceries vrac ne sont pas encore bien répandues – même si ça vient – et ensuite parce que tous les produits ne sont pas encore disponibles en vrac.

Le vrac : une innovation pas si récente

Par épicerie en vrac, on pense tout de suite à un magasin 100% sans emballage, comme on peut en voir dans les médias en ce moment. Pourtant, le vrac existe depuis longtemps dans tout un tas de magasins : BioCoop, BioCBon et même Carrefour s’y met. L’idéal pour ses courses zéro-déchet reste bien évidemment l’épicerie 100% zéro-déchet. Depuis 2014 et la création de “La Recharge” à bordeaux, on compte quasiment 100 créations d’épiceries de ce type en France. Pour trouver la vôtre, voici une carte des épiceries.

Si vous recherchez un produit particulier en vrac, il existe deux applications “localisateurs de vrac” :

ASTUCE : lorsque vous pesez votre aliment dans votre contenant, il faut soustraire le poids du contenant. Pour les esprits les moins matheux : si on achète 500g de riz dans notre sac en coton de 20g la balance va indiquer 520g ! Du coup, il faut appliquer la “tare”, c’est à dire la mise à zéro de la balance après avoir pesé notre bocal / sac.

Étape n°5 : passer à la casserole

Nous voici à la dernière étape des courses zéro-déchet. Nous sommes équipés, organisés, consommons local et de saison. Maintenant, place à la cuisine.

via GIPHY

Ici, on dit “adieu” aux plats pré-cuisinés, aux biscuits préemballés, aux salades pré-préparés etc. Maintenant que nous achetons nos produits en vrac et nos produits frais, il faut les transformer en un plat comestible. La route du zéro-déchet comprend un passage en cuisine obligé : préparation des goûters, des dîners mais aussi des déjeuners à emporter au boulot. Alors voici mes astuces pour commencer à cuisiner de façon régulière simplement.

Glaner des recettes faciles, rapides et de saison :

Il existe aujourd’hui de nombreux sites et blogs qui proposent des recettes faciles à préparer. Voici donc mes sites préférés :

Préparer à l’avance

Sans entrer directement dans le « batch cooking », il est possible d’anticiper un petit peu. Le soir, on cuisine un peu plus et ça nous fait un repas de midi par exemple. Ou le weekend, on prend un peu de temps pour préparer quelques légumineuses ou pâtes. On pourra toujours les agrémenter d’une sauce ou de légumes le jour même.

Faire de plus grosses quantités

Chaque jour, cuisinez pour plusieurs personnes, même si vous êtes seule. En cuisinant un peu plus, vous aurez des restes à ramener au travail.

Identifier ses plats magiques

Prenez l’habitude de faire quelques plats simples qui restent toute la semaine. Il y a l’inévitable gâteau au yaourt par exemple. c’est tout bête mais il est bon au petit déjeuner, au goûter et même en dessert quand on a passé une dure journée – et parfois même les trois -. Il prend à peu près 5 minutes à préparer, fait toujours son effet et ne coûte pas cher.

Vous voilà enfin prêts pour des courses zéro-déchet. On s’y met ?

ommentaires sur “Mes courses zéro-déchet : mode d’emploi en 5 étapes

  1. Céline dit :

    A quand « mes courses en vrac » en boutique dans le Grésivaudan ? C’est quand même dommage de recevoir un carton alors qu’on est si proche !! En plus ça devrait marcher par ici, non ?

  2. Aude dit :

    Bonjour MesCoursesenVrac ! (j’avoue je dois être aveugle mais j’arrive pas à trouver ton prénom, j’ai fouillé dans les mentions légales, mais pas dit que ce soit toi :p)
    Merci pour ton initiative ! C’est top, je cherche depuis quelques temps une épicerie en vrac en ligne, où il y aurai TOUT ! Je suis de Lyon, on est un peu voisine :p et il y a effectivement des épiceries en vrac mais si tu veux trouver de TOUT au même endroit, je ne trouve pas 🙁 Quand je dit tout, c’est autant des denrées sèches que fraîches : confiture, jus, toussa. Bref un grand bravo, je vais te suive de près ^^ Et je vais directement voir du côté des pré-ventes ! Bonne continuation !!

    1. Carole Lymer dit :

      Bonjour Aude, Merci pour ton commentaire 🙂 Moi c’est Carole, je vais de ce pas vérifier si je l’ai mis dans la page A propos, merci pour l’info.
      Alors à Lyon il y a Vrac’n’roll qui livre à vélo du vrac (oui, je fais de la pub pour la concurrence…) et ils font des jus et devraient se mettre au frais.
      De mon côté, je vais largement étoffer ma gamme d’épicerie sèche et d’ici janvier je devrais pouvoir commencer à faire du liquide. En attendant, je propose de l’alimentaire mais aussi du cosmétique, des produits d’entretien etc. C’est ce qui m’a manqué quand je suis passée au zéro-déchet, j’espère que ça sera utile à d’autres !
      Je suis preneuse de ton retour sur les pré-commandes, les nouvelles box arrivent la semaine prochaine.
      Merci encore,
      Carole

  3. khalid dit :

    Il est préfèrerable d’utiliser un sèche cheveux pour enlever les étiquettes des bocals afin d’éviter de consommer de l’eau.

    1. jordan dit :

      Pas super écolo non plus… Je les retire a l’huile de cuisine, ça retire la colle comme par magie, on devrait apprendre ca a l’école tellement c’est utile

      1. Carole Lymer dit :

        Bien vu l’huile, j’essaye la prochaine fois !

        1. saby dit :

          bonne idée j essaye très vite merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.